A-  A  A+
RSS

Hôtel de Ville

  • Place de la République
    29280 Plouzané
  • 02 98 31 95 30
  • 02 98 49 31 33
  • Contact
  • Horaires
plans

Météo

La Libération de Plouzané

chapelle trinite 05À partir du 10 août 1944, les forces alliées qui ont débarqué en Normandie sont arrivées dans la région de Ploudalmézeau pour faire le siège de ce port. Le plan de l'offensive américaine est de pousser une unité d'infanterie vers le sud, en direction de la mer, afin d'isoler les forces allemandes du Conquet de celles de Brest. Ces troupes alliées doivent donc s'enfoncer dans le dispositif allemand. Dans cette perspective, le bourg de Plouzané, la route du Conquet et la pointe du Minou sont des objectifs à atteindre avant la conquête de Brest. Par ailleurs, la colline de Cocastel, à Plouzané, constitue aux yeux des forces en présence, un intérêt stratégique d'importance car la vue y est exceptionnelle sur toute la région et reste donc un poste d'observation unique.

Le 24 août est consacré à l'envoi de patrouilles de reconnaissance pour préparer l'assaut prévu le lendemain. Le 25 août à 13h00, l'attaque américaine est donc déclenchée.

A Bohars et à Guilers, l'opposition allemande est vive et les américains sont bloqués quelques jours. Ils avancent plus rapidement au sud de St Renan. Le 26, un bataillon US arrive en vue du Bourg de Plouzané en passant par Kerjestin, Kerzignen et Lézavarn. Une des difficultés naturelles rencontrées par les alliés est le talus naturel breton : trop élevé pour le char américain, celui-ci se soulève en le franchissant, devenant alors une cible parfaite. Pour parer à cette difficulté, des herses avaient été soudées à l'avant des chars pour arracher les talus et les franchir ensuite. Les combats sont violents et le bourg n'est définitivement libéré que le 27 en début de matinée, avec d'importants dégâts.

Les allemands se replient sur la hauteur de Cocastel, « la côte 103 ». Les combats y sont rudes. Après attaques et contre-attaques des deux bords, la colline est définitivement prise le 3 septembre en fin de journée. Les survivants allemands de la côte 103 se replient alors sur une nouvelle ligne de défense proche de la Trinité.

Les combats se poursuivent vers le sud pour couper la route du Conquet. Kerguestoc est investi le soir. Les combats font rage de la Croix-Marie à Mesprat. Le 4 septembre, les secteurs de Kerarrous et Kerborhel sont attaqués. Plus au sud, le fort du Mengant est investi le 5 septembre avec le sentier côtier.

La Trinité est libérée grâce à la bravoure exceptionnelle d'un sergent allié qui mettra hors de combat 15 ennemis. La situation va ensuite s'enliser dans les secteurs d'Ilioc et de Laninguer jusqu'au 10 septembre. A partir du 11 septembre, la poussée reprend vers Coatuelen. Vers Ilioc, la situation se débloque enfin grâce à la détermination d'un autre gradé : le sergent américain Hallman abat ou blesse 4 allemands, et en capture 12 autres. Il est tué peu de temps après. Bien que plus éloignés de la zone d'action, 75 combattants allemands viennent se rendre également.

Le 13 septembre, les combats sont terminés sur la commune de Plouzané mais la guerre continue vers Brest. Le bilan est lourd pour la commune : des dizaines de morts et des dégâts matériels importants. Bâtiments, maisons, dépendances sont détruits ou endommagés, entonnoirs de bombes, talus éventrés,terrains labourés par les chars sont visibles partout, ... Les maisons désertées par les habitants ont été "visitées" par ... tout le monde ! La tristesse est profonde mais pour tous ses habitants, Plouzané est libérée.

001Une stèle a été élevée au lieu-dit « Ilioc » où l'anniversaire de la libération de Plouzané est célébré chaque année.