A-  A  A+
RSS

Hôtel de Ville

  • Place de la République
    29280 Plouzané
  • 02 98 31 95 30
  • 02 98 49 31 33
  • Contact
  • Horaires
plans

Météo

Juillet 2012 - Quel centre-ville pour Plouzané?

Entre le Bourg et La Trinité, quel centre-ville pour Plouzané ?

Bien des villes - comme, par exemple, la plupart de celles de Brest Métropole– sont organisées autour d'un espace central qui, selon l'histoire, peut revêtir diverses formes : place, petit quartier, voie principale... D'autres, comme Plouzané, se caractérisent par une organisation plus dispersée et distribuée sur plusieurs secteurs. Il est cependant un édifice qui, par essence, matérialise le centre d'une ville : la mairie. Le devenir de celle de Plouzané et de son environnement immédiat est à l'ordre du jour.

À partir des années 1960, la commune de Plouzané a accueilli massivement une population qui, travaillant à Brest, venait y concrétiser son rêve de devenir propriétaire dans une « ville à la campagne ». Comptant un peu moins de 3 000 habitants en 1968, Plouzané en avait gagné 6 000 de plus quinze ans plus tard.

Rééquilibrer la ville ?

De cette époque date la décision qui allait profondément modifier l'image de la commune : « rééquilibrer » l'urbanisation, jusqu'alors partagée entre le Bourg et la Trinité en créant en plein champ une zone urbaine de mille logements entre les deux pôles. Ainsi sortait de terre la zone d'aménagement concerté (ZAC) de Castel Névez (Buhez Plouzane n°91). Sous l'effet d'une expansion vigoureuse, ce quartier « de l'entredeux » était censé croître jusqu'à absorber les deux extrémités et devenir ainsi le noyau d'une ville rassemblée autour de sa nouvelle mairie.
Mais la croissance démographique fut inférieure aux prévisions et le projet des urbanistes n'eut pas l'ampleur attendue. La configuration actuelle de Plouzané en pôles éclatés en a résulté. L'implantation du Technopôle a pu prolonger cet effet de dispersion.

Des possibilités d'évolution épuisées

Construit en 1976, l'actuel hôtel de ville avait logiquement trouvé sa place au centre du nouveau quartier. Abritant à l'origine, outre les services municipaux, un bureau de poste, un logement de fonction, le local de la gendarmerie, une bibliothèque et un garage municipal, le bâtiment s'est progressivement transformé de l'intérieur, accompagnant ainsi le développement de la commune. Mais ces adaptations ont depuis longtemps atteint leurs limites. Par ailleurs, alors que la continuité urbaine imaginée il y a quarante ans se tisse peu à peu, l'image offerte aujourd'hui par le plus emblématique des édifices communaux laisse à désirer, de même que sa visibilité au sein d'une ville qui a franchi le seuil des 12 000 habitants.
Et puis il y a les normes, ces normes qui réglementent la vie collective et évoluent dans le sens d'une rigueur toujours accrue. Qu'il s'agisse des normes de sécurité des installations, de qualité de la construction, de confort des utilisateurs et des usagers, d'accessibilité des personnes à mobilité réduite, les bâtiments ouverts au public doivent s'y conformer. La mairie n'échappe pas aux échéances de mise en conformité.

Un projet d'ensemble

Dès le début de son mandat, la municipalité a engagé une réflexion sur l'adaptation des équipements communaux aux besoins d'une population qui continue de croître. Les opérations d'aménagement de terrains de sport et de restructuration de bâtiments, qui ont été entreprises depuis 2008, procèdent de cette démarche. Le temps est venu de prendre à bras-le-corps la question lancinante de la rénovation de l'hôtel de ville.
Une étude urbaine, menée en 2011 par les services de Brest métropole (BM), a permis de mettre en évidence que cette question trouverait sa réponse dans un projet d'ensemble englobant tout l'espace environnant. Cette réponse impliquerait la commune pour le bâti et la communauté urbaine pour l'espace public. Le maintien de l'hôtel de ville au coeur de Castel Nevez est essentiel.
Le premier semestre 2012 a été consacré aux études complémentaires de faisabilité puis de programmation de l'opération de rénovation envisagée.

Un bâtiment neuf dans un espace remodelé

Ces études ont démontré que la réalisation d'un nouvel hôtel de ville sur une emprise proche de l'emplacement actuel, était la solution la plus viable d'un point de vue technique et financier.
Les autres scénarios, privilégiant la réhabilitation partielle ou complète du bâtiment existant, entraîneraient l'obligation d'aménager, pour un coût important, des locaux provisoires afin d'assurer la continuité du service public pendant la durée des travaux.
L'analyse des besoins a aussi mis en évidence la nécessité d'augmenter la surface utile des locaux de la mairie. Elle passera ainsi de 900 à 1 400 m², en accord avec ce qui est observé dans d'autres communes de taille équivalente.
Enfin, en cohérence avec le Plan Climat Énergie Territorial (PCET) de BM et le prochain Agenda 21 de la commune, le futur bâtiment, d'une belle ligne architecturale, devra être exemplaire du point de vue de ses qualités environnementales. L'objectif est de tendre vers l'autonomie énergétique et un coût de fonctionnement optimisé pendant toute la durée de vie de l'édifice.
L'aménagement de l'espace public autour de la nouvelle mairie est un point crucial. Il s'agira d'y rassembler tous les ingrédients d'un centre-ville méritant cette appellation : bonne compréhension de l'organisation du quartier, accès visibles et aisés, parvis large et agréable invitant à la promenade, coexistence apaisée des modes de déplacement (motorisés ou non), aires de stationnement adaptées (notamment à proximité des écoles), continuité harmonieuse avec la zone commerciale voisine dont toutes les dessertes devront être préservées, etc.

Un projet de long terme

Le projet, qui continue d'associer la commune et BM, entre aujourd'hui dans une phase plus opérationnelle : un concours de maîtrise d'œuvre sera organisé sur la base des grandes orientations esquissées plus haut. Il visera à sélectionner, d'ici au début de l'année prochaine, le cabinet d'architecte à qui incombera la tâche d'élaborer le projet détaillé puis d'en coordonner les travaux de réalisation. Les étapes de l'opération se succéderont sur environ quatre années.
La commune et la communauté urbaine assureront chacune leur part des investissements. Selon les premières estimations, le montant hors taxes des travaux s'élèvera à environ 2,5 millions d'euros pour le volet mairie, déconstruction du bâtiment existant incluse, et à moins de 1 million pour le volet espace public.

En choisissant de reconstruire la mairie à côté de son emplacement actuel, la commune ne se contente pas d'ouvrir un chantier de construction immobilière. Avec BM comme partenaire, elle veut aussi aménager un centre-ville bien identifié, fonctionnel et accueillant.

carte-p5-buhez101