A-  A  A+
RSS

Réfugiés : intervention du maire lors du conseil municipal

uno unhcrRéfugiés : intervention du Maire lors du conseil municipal du 28 septembre 2015.

En ouverture du dernier conseil municipal, le maire, Bernard RIOUAL, s'est exprimé en ces termes sur la situation des migrants.

 

"Ce qui est appelé aujourd’hui « crise des migrants », cette détresse qui pousse des milliers d’enfants, de femmes et d’hommes à quitter leur pays pour fuir la guerre et la misère, nous concerne tous.

Il faut tout d’abord combattre la manipulation de ceux qui présentent ces réfugiés comme des agresseurs qui viendraient vivre à nos dépens. Ces hommes, ces femmes et ces enfants sont nos égaux ; ce qui les pousse à fuir la terre, où le hasard les
a fait naître, c’est le danger qu’ils encourent en y restant. Ils vivent un drame collectif. Nous savons quel est l’aboutissement des logiques basées sur la peur de l’autre et la négation de son humanité.

Bien sûr, malheureusement, la détresse et la misère sont accompagnées ici – comme à chaque fois qu’elles cohabitent - de leurs lots de fraudes ou d’illégalités. Cela n’est pas sans apporter parfois une réelle confusion dans cette situation déjà compliquée à la base. Les services de l’Etat et les services internationaux tiennent leurs rôles et accomplissent leurs missions sur ces sujets.

Il n’empêche que les drames et les épreuves que subissent ces familles appellent à réagir et à agir.

Aujourd’hui, ces réfugiés qui arrivent en Europe fuient des situations de violences extrêmes dont nous avons la chance d’être mieux protégés. En Syrie, par exemple, c’est la moitié de la population qui fuit la guerre, la violence, la mort. L’Union Européenne a alors pour devoir d’organiser leur accueil.

D’hier à aujourd’hui, pour des cas isolés ou s’inscrivant dans des drames historiques comme le génocide Arménien ou la guerre d’Espagne, notre pays perpétue une volonté d’accueil et d’asile. C’est avec fierté que les habitants de la France,
pays des droits de l’homme et du citoyen, se doivent d’accueillir ceux qui sont persécutés dans leur pays.

Je souhaite donc que lorsque les services de l’Etat exprimeront les besoins d’accueil pour le Finistère, notre commune s’engage dans ce dispositif avec les possibilités d’une ville de notre taille. Cet accueil, pour sa concrétisation, va nécessiter de l’engagement, de la coordination et de la continuité. Les services de l’Etat s’y emploient pleinement. Je souhaite que l’accompagnement dans les parcours soit l’élément moteur de notre mobilisation et de notre action et qu’il s’accomplisse en partenariat avec les divers échelons que sont la préfecture, la ville, les organismes sociaux, le milieu scolaire, les bailleurs sociaux et toute autre bonne volonté. La réussite de cet accueil ne peut se faire que si les responsabilités sont assumées à tous les niveaux. Aujourd’hui, concrètement, nous recensons les disponibilités de logement pour en informer la préfecture qui est chargée de la coordination et du suivi. Il ne s’agit pas de travailler seul dans notre coin, il faut avant tout que l’accueil s’inscrive dans la durée autour des valeurs de solidarité, d’humanité et de fraternité.

J’invite chacune et chacun d’entre vous, membres du conseil municipal de Plouzané, à s’engager autour de ces valeurs de fraternité qui nous sont si chères".

Monsieur Le Maire, Bernard RIOUAL.